top of page

Douchka et Giani Esposito


Fille du poète Giani Esposito et de la comédienne Pascale Petit, la petite Bojidarka née le 26 juin 1963 à Saint-Cloud.


Mannequin enfant pour l’agence Elite, elle devient, à 20 ans, « Ambassadrice Disney ». Poussée par son beau-père Humbert Ibach, attaché de presse de Sheila et producteur de Karen Cheryl, la jeune femme prend la relève de Dorothée pour apporter à la firme aux grandes oreilles une présence sur les plateaux télé afin de promouvoir les productions du studio en France.

En 1984, sous le pseudonyme Douchka qui est son surnom, elle enregistre alors le 45 Tours Mickey, Donald et moi, qui se vendra à plus de 400 000 exemplaires, un énorme succès qu’il va falloir assumer.



La chanteuse enregistre un album par an jusqu’en 1987 s’inspirant des héros Disney comme Baloo, Zorro ou Davy Crockett.

Pendant ces années, elle doit assurer la promo de 2 nouveaux longs métrages: Taram et le Chaudron magique » en 1985, Basil détective privé en 1986 et la ressortie en salle de Bernard et Bianca en 1987.



On lui confie également l’interprétation des génériques de deux nouvelles séries d’animation pour la télévision Les Gummi, diffusé à partir du 9 septembre 1986 dans Disney Channel sur FR3 puis dans le Disney Club de TF1 et Les Wuzzles diffusé d’abord sur Canal+ en septembre 1986 puis rediffusée l’année suivante dans le Disney Channel de la 3 toujours.





En 1987, Douchka participe au Collaricocoshow de Collaro sur La 5.



En 1988, elle est co-animatrice de L’Été en baskets durant deux mois sur Antenne 2 aux côtés de Marie Dauphin et Alain Chaufour puis Bonjour les baskets durant quatre mois avec Claude Pierrard. Ces émissions ne trouvent pas leur public, celui-ci restant scotché devient Dorothée et son Club.



En 1989, Douchka à maintenant 26 ans et se lasse de chanter des titres destinés aux enfants, elle rompt son contrat avec Disney espérant retrouver une liberté artistique.


« Au moment où j’étais sur scène, c’était fantastique, mais quand je revenais chez moi, j’étais toujours la princesse Disney. Si je quittais cet uniforme, je pouvais partir aux antipodes, mais je n’avais pas le droit, fallait que je reste dans ce personnage. »


Disney l’a déjà remplacé par la jeune Anne Meson qui reprend le flambeau et anime le Disney Parade aux côtés de Jean-Pierre Foucault.


Douchka disparaît des médias et l’absence est difficile. Mais la jeune femme profite de ce moment pour se remettre en question et surtout pour devenir mère de 3 enfants.


En 1996, la jeune femme reprend son nom de famille et Douchka Esposito publie un recueil de poésies.En 1997, on reconnaît sa voie sur le générique du dessin animé Princesse Sissi, diffusé sur France 3.





Le 26 janvier 2005, Douchka fait un passage remarqué dans Ca se discute, elle revient sur ses années « Lolita » et partage son projet d’album avec Didier Barbelivien.


Alors qu’elle anime le Télé-Shopping sur TF1, la chaîne lui propose de participer à son nouveau jeu de télé réalité Première compagnie.



En novembre 2009 sort Bojidarka : un album autobiographique dont la chanteuse a écrit la majorité des textes. Malheureusement, c’est un échec commercial.

Le 08 février 2010, Jacky reçoit Douchka sur le plateau du JJDA.



En 2011, Douchka essaie encore une fois de revenir sur le devant la scène en publiant un livre autobiographique Mes ailes brûlées qu'elle désavouera plus tard.

En 2012, elle joue dans un épisode de la série de réalité scénarisée de France 2, « Le Jour où tout a basculé ».



Pour Les années bonheur, l’ancienne idole des enfants accepte exceptionnellement de reprendre, en live et 25 ans après, ses succès Disney lors d’un Medley.





Le 25 janvier 2014, à la surprise générale, elle participe aux auditions à l’aveugle de la troisième saison de The Voice. Elle choisit d’interpréter le morceau de Vladimir Vavilov Ave Maria de Caccini . Si les téléspectateurs sont surpris de la voir apparaitre sur scène, et dans dans ce registre, aucun coach ne se retourne sur elle. Tout le monde s'accorde à dire que le choix de la chanson était trop risqué.

Douchka, perséverante, participe, en 2015, à l’émission de télé-realité « Las Vegas Academy » sur W9.

Mais c'est en 2017, qu'elle propose un projet qui lui tient à coeur depuis longtemps : elle enregistre la chanson de son père Giani Esposito Le Clown suivi d’un clip tourné au cirque Gruss.



En 2018, la chanteuse a finalement renoué avec son passé en se produisant sur scène dans un conte musical Il était une fois la fabuleuse aventure de Douchka, dans lequel elle reprend les plus grands tubes de ses années Disney.




Il faudra quelques années pour que l'album hommage à son père aboutisse mais en juin 2024, un opus de 18 titres voit le jour et Douchka reprend sa place dans les médias défendant son nouveau projet.





Cet album sorti chez Universal est accompagné d'un Maxi 45 Tours rouge translucide regroupe 4 singles de Douchka, publiés en 1984 et 85 : "Mickey, Donald et moi", "Élémentaire mon cher Baloo", "La chanson de Zorro" et "Taram et le chaudron magique".


Il y a des voix qui ne sont pas des grandes voix mais qui ont le secret de créer le silence autour d'elles et la voix de Giani Esposito est une de celle qui crée ce silence.

Guy Béart

Mais qui est Giani Sandro Esposito ?

Source : Gary Richardson


Giani Esposito était un auteur-compositeur-interprète de chansons, acteur et poète français.

A 19 ans, à Paris, il travaille avec des artisans staffeurs dans le milieu cinématographique, il y découvre l’univers de la comédie. Finalement il s’inscrit aux cours de comédie de Tania Balachova et de Michel Vitold et débute au théâtre au Studio des Champs-Elysées puis au Théâtre de l’Œuvre.

Son physique de beau ténébreux, associé à un charme mystérieux, invite Louis Daquin à lui donner sa chance au cinéma avec «Maître après Dieu» (1950). Puis il enchaîne des petits rôles comme un homme dans une église dans «Agence matrimoniale» (1951) de Jean-Paul Le Chanois avec Bernard Blier et Michèle Alfa; un journaliste dans «Mon mari est merveilleux» (1952) d'André Hunebelle avec Sophie Desmarets et Fernand Gravey.


Curieux de toute expression créative, ayant appris le solfège et le piano, doté d’une voix lacérée entre aigu et grave, teintée de mélancolie, il se lance dans la chanson avec un répertoire à thème tragique, des complaintes délicates ou des mélopées lancinantes. Auteur compositeur , il se produit dès 1952 dans des cabarets parisiens. Le clown l’amène a côtoyer François Deguelt et son compatriote Jacques Brel.



Il n'arrête pas pour autant le cinéma et petit à petit ses rôles vont s’épaissir devenant ainsi l’un des jeunes acteurs les plus prisés du cinéma français. Il tient par exemple un rôle tourmenté dans «French Cancan» (1954) de Jean Renoir.


À la fin des années cinquante, Giani Esposito rencontre lors d’un festival à Moscou la comédienne Pascale Petit qu’il épouse en 1962, une fille naît de leur union, Bojidarka en 1963 (qui signifie “don de dieu”), qui deviendra plus tard la chanteuse Douchka.


Peu à peu, Giani Esposito s’éloigne des plateaux, en 1967, il signe un contrat avec Pathé-Marconi et voit sa carrière s’accélérer avec trois albums et plusieurs 45 tours.


En 1971, il rencontre à Paris Ersie Pittas qui étudie la danse, la nièce du metteur en scène grec Cacoyannis. Il quitte son épouse Pascale Petit et sa fille pour s’installer avec Ersie à Saint-Germain-des-Prés. Ils montent ensemble un spectacle dans lequel il cite des poèmes et chante tandis que Ersie danse en jouant de divers instruments à percussion.


Artiste complet avec une palette artistique très vaste. Homme de théâtre, acteur de cinéma au grand comme au petit écran, chanteur auteur-compositeur, il écrit des livres et des poèmes qu’il interprète, et dessine des illustrations.


Atteint d’une tumeur au cerveau Giani Esposito décède prématurément, le 1er janvier 1974 à l’âge de 43 ans.







20 vues

Posts similaires

Voir tout
  • Soutenez "Les années récré"

    2€
    Tous les mois
     
    • Merci pour votre don qui nous permet de continuer.
    • Site totalement gratuit . Sans obligation d'achat
bottom of page